éducation bienveillante

Tout ce qu’un enfant n’est pas…

Il m’a semblée nécessaire de  rédiger cet article parce que je me suis rendue compte que pour progresser sur notre méthode éducative, nous devions impérativement changer de regard sur les enfants.

En effet, un enfant n’est pas….

1- Une mini version d’un adulte.

Non, notre enfant n’est pas une mini version de nous. Ce n’est pas un adulte en miniature. Oui nous voyons de temps en temps des parents qui habillent leurs enfants comme s’ils étaient des minis adultes, en les maquillant ou en les hyper-sexualisant. Cela les fait rire de voir des tout-petits comme s’ils des adultes en modèle réduit. Et bien non. Un enfant est en construction. Il n’a pas le cerveau d’un adulte, il n’a pas la possibilité de raisonner ou de comprendre de la même façon. Il est temps de les voir comme ils sont, des enfants qui ont besoin d’un accompagnement pour grandir à leur rythme, à leur façon, et pas en étant considéré comme un adulte en petit format.

fillette-maquillage-hypersexualisation_2532110

 

2- Une projection de soi.

Combien de parents ont l’impression de se voir et de se reconnaître à travers leur enfant? Ca nous est forcément tous arrivés, que ce soit physiquement ou au niveau du caractère. Soyons honnêtes, les chiens ne font pas des chats comme on le dit si bien, il est donc normal qu’un enfant ressemble à ses parents. SAUF qu’il n’est pas nous. Il n’a pas v=notre vie, il ne partage pas notre histoire, il est une personne à part entière. Malheureusement, beaucoup de parents se projettent dans leurs enfants en leur faisant faire, par exemple, des activités qu’ils auraient eux mêmes rêvés de faire. Il est temps que les adultes puissent se remettre en question pour tenter d’accéder à leur bonheur afin de ne pas vivre à travers leurs enfants en leur faisant faire ce qui les auraient rendu heureux, eux. Non, notre enfant n’est pas nous. Il a une vie, des envies, des désirs qui lui sont propres. Laissons lui faire ses propres choix et vivons les nôtres!

product-image-221342419_580x@2x

 

3- Un moyen de devenir connu.

C’est un peu la suite de la projection. Utiliser ses enfants pour vivre à travers eux. Les faire devenir des stars du cinéma, des stars de la chanson, ou, plus accessible maintenant, des stars d’internet. (Nous avons eu l’occasion de voir comment grandir dans ces conditions pouvait être compliqué avec des exemples de stars hollywoodiennes tombées dans les addictions.)  Comment peut-on faire faire des milliers de vidéos Youtube à ses enfants pour les projeter en avant devant des millions de spectateurs et les mettre ainsi à nu? Pour quelles raisons? Sans compter ceux qui se permettent d’humilier leurs enfants avec des « blagues » totalement déplacées pour faire du « buzz ». Non, un enfant n’est pas un objet que l’on utilise pour accéder à une place que l’on arrive pas à atteindre tout seul. Je me demande encore comment les parents de ses petits youtubeurs peuvent se pavaner de fierté. Nous vivons une drôle d’époque.

maxresdefault
source : youtube

(Attention, je ne parle pas des personnes qui mettent leurs enfants en photos sur internet, pour moi cela rentre dans un autre débat et n’est pas du tout du même ordre)

 

4- Une vitrine

Non, un enfant n’est pas la vitrine de ses parents. Il n’est pas là pour être sage et ainsi montrer à quel point ses parents sont de bons éducateurs. Il n’est pas là pour faire une représentation de notre autorité ou pour regonfler notre estime parce que nous en avons besoin. Son comportement ne doit pas dire : « regardez comme mon enfant est poli et respectueux, comme il est bien sage  et bien élevé ».  Notre enfant sera poli et respectueux si nous l’élevons dans la politesse et le respect, mais nous ne devons pas compter sur son comportement à l’extérieur pour nous redorer notre confiance en nous.

Mannequinsenfants
ceux là sont surs de rester bien sages!

 

5- Un moyen de réparer ou de renforcer quelque chose

On ne fait pas un enfant en pensant que celui-ci va ressouder un couple. C’est une véritable erreur. D’abord, cela fait peser un poids énorme sur les épaules de l’enfant, car même si c’est inconscient, en cas de séparation cela pourra être perçu comme un échec de l’enfant qui n’a pas réussi. Élever un enfant n’est pas simple, je pense que si vous lisez ces mots c’est probablement parce que vous êtes déjà parent et que vous le savez très bien. Alors, si en plus l’enfant vient au monde avec une mission particulière, c’est la catastrophe.  Pour les mêmes raisons, un enfant ne doit pas venir au monde avec la mission de réparer un manque d’amour quelconque. Il est là pour être aimer, et non pas pour nous réparer.

 

Et vous, qu’en pensez-vous?

lubomirkin-143245

les activités, pour les adultes, pour les petits, pour les plus grands

Une journée à Miniworld Lyon.

Il y a quelques jours nous sommes allés à Miniworld. Cela faisait un moment qu’on avait envie d’y aller et qu’on entendait de très bons échos de cet endroit. Nous sommes arrivés au carré de soie, à Vaulx en Velin, et première bonne surprise, le parking est gratuit. C’est rare pour un parking de centre commercial. Nous ne connaissions pas cet endroit, le carré de soie est donc un centre commercial en plein air.

Après avoir passé la billeterie , nous sommes arrivés directement sur le restaurant, un endroit calme dont les murs sont constitués d’images projetées (aquarium ou campagne). Nous y avons d’ailleurs mangé après notre visite et avons trouvé cela bon et pas très cher.

20631880_209296379603892_768745514_n

Puis nous avons commencé la visite. Miniworld est une exposition permanente de trois mondes en miniature, ainsi que des sons et lumières. Les lumières recréent le jour et la nuit, mais aussi parfois des orages, des feux d’artifices etc… Le rendu est tout simplement magnifique.

20623339_209201949613335_1281787041_o

Tout est tellement chouette qu’on ne sait plus où donner de la tête! Il y a des petits détails rigolos partout, il suffit de bien ouvrir l’oeil. (C’est ainsi que j’ai vu un couple faire l’amour dans la forêt, mais ils étaient bien cachés!)

Non seulement tout est vraiment beau, mais le petit plus et qu’on vous distribue à l’entrée un plan des trois mondes avec des recherches à faire. Il y a plein de célébrités ou de films à retrouver, cachés dans les décors. En voici quelques uns (j’ai même trouvé La la land!)

20623706_209201896280007_647291617_o20629143_209201862946677_1249467774_o20630109_209201916280005_1688537359_o20641659_209201959613334_1622215122_o

J’avoue, j’ai été un peu frustrée parce qu’il y en a certains que je n’ai pas trouvé!

On peut également télécharger une application qui propose d’autres choses à retrouver, une superbe idée pour les enfants (qui peuvent déjà chercher certains personnages qu’ils connaissent comme la petite sirène, la reine des neiges, Alice au pays des merveilles etc).

Après en avoir pris plein les yeux et les oreilles (mais ce n’était pas trop fort, je préfère préciser), nous sommes allés dans l’exposition temporaire qui était sur le journal de Mickey. Une jolie exposition, avec des dessins animés de Mickey sur grand écran pour ceux ou celles qui ne veulent pas lire les panneaux de l’expo!

Attention toutefois, les poussettes ne sont pas autorisées dans l’exposition, mais c’est une obligation sinon elles gêneraient vraiment le passage… De plus, les enfants peuvent être portés dans les bras pour mieux voir ou peuvent marcher librement sans risquer de casser quelque chose 😉

Un vrai coup de coeur pour cette exposition, nous avons hâte d’y retourner avec notre grande qui n’était pas là. Je vois déjà ses yeux pétiller rien que d’y penser!

A voir absolument si vous n’habitez pas loin ou si vous passez par là!

20624031_209201992946664_1687926526_n20614504_209201589613371_261677385_n

pour les plus grands

Voici pourquoi j’ai choisi une poupée Lottie pour ma fille.

Après avoir laissé de côté les poupées Bratz (quelle horreur) et changé la corpulence et la taille des poupées Barbie (enfin), il est peut être temps de se rendre compte que certains jouets ne sont pas adaptés pour nos enfants.

Oui, la poupée Barbie est belle, mais elle est totalement fictive. Il est impossible d’avoir des jambes de cette longueurs, une taille aussi fine, des pieds qui sont incurvés pour les chaussures à talons, etc.  Certaines personnes n’y verront rien de dramatique : c’est juste un jouet. D’autres penseront qu’il est important que les enfants se projettent dans la vie d’adulte, et qu’il est possible de le faire grâce à ces poupées et leurs différents métiers (super)… Je ne suis d’accord avec aucun des deux points de vue. Pourquoi?

Je pense qu’un enfant n’a pas besoin de se projeter dans une vie d’adulte, mais d’être bien dans son présent et sa vie d’enfant. Et puis, à quoi cela leur servirait de se projeter dans une utopie, dans un modèle qui n’existe pas et qui n’existera jamais? Pourquoi vouloir mettre dans la tête des enfants un idéal inatteignable? Pourquoi leur faire penser que la beauté est quelque chose de falsifié? Vous savez où ça nous mène? A la même chose pour les adultes. A toutes ces photos retouchées, à toutes ses « stars » maquillées à outrance. Mais pour quoi faire?

Le jour ou j’ai découvert les poupées Lottie, j’ai ressenti un certain soulagement : enfin une marque créait des poupées pour les enfants, à l’effigie des enfants et avec des occupations d’enfants (mais aussi des accessoires d’enfants, comme par exemple des lunettes)! Ces personnages ont en effet l’aspect d’un enfant de neuf ans environ. Pas de poitrine, pas de maquillage, pas de talons… Ouf, juste de simples enfants!

Leurs intérêts sont divers : la danse, l’équitation, les animaux, la peinture, la photo, l’astronomie, etc. Autant d’activités qui pourraient intéresser des enfants de cet âge là.

Lottie02

La marque propose également des poupées garçons.

Ma fille a choisi la poupée avec son petit chat qui est très mignonne, même si j’avais personnellement une préférence pour celle avec ses bottes de pluie jaunes (mais malheureusement la poupée n’était pas pour moi 😉 je n’ai donc pas choisi! ).

lottie

Je préfère donc que ma fille se sente bien dans sa vie d’enfant avant de lui demander de se projeter dans sa future vie d’adulte, ce qui n’a, à mon avis, aucun sens. Je me rends compte qu’on demande très tôt aux enfants ce qu’ils veulent faire comme métier plus tard au lieu de leur demander ce qu’ils aiment faire. C’est encore une aberration de notre monde d’adulte…

poupée-lottie-1

Je vous laisse donc aller voir sur leur site en cliquant ici les jolis modèles qu’ils proposent.

Et puis, je suis vraiment très contente car j’ai la possibilité de vous faire gagner la poupée qui me plaisait le plus, celle ci! Elle est chouette non?

lottie muddy

Pour jouer, c’est tout simple, il suffit de remplir les informations que l’on vous demande, ici! (notez bien le nom de mon blog!)

(Vous avez deux semaines pour jouer.)

Bonne chance à tous!

éducation bienveillante, la bienveillance....pour soi-même, Non classé

Le jour où j’ai arrêté…

J’ ai plus de 30 ans, et cela ne fait pas si longtemps que je me suis rendue compte de certaines choses. Depuis quelques années (ça prend du temps), je fais le point sur la personne que je suis, sur mon caractère, ma personnalité et….mon manque de confiance. Il y a des choses sur moi qui m’échappaient, des espèces de trous noirs que je n’arrivais pas à comprendre. Mais petit à petit, tout ceci s’éclaircit et je travaille pour y remédier.

Ce travail personnel m’aide évidemment pour mon propre bien -être, dans ma relation aux autres, pour mon travail, mais également en tant que mère, pour faire attention à ne pas reproduire certains comportements. C’est facile à dire, et l’on pourrait croire qu’une fois qu’on le sait ça suffit, mais il n’en est rien. Certaines choses sont profondément ancrées en nous et nous les reproduisons inconsciemment. Cela ne veut pas dire qu’il ne faut rien faire, car l’on peut changer les choses, mais il faut savoir se donner du temps et ne pas vouloir être trop exigeant en voulant que tout se fasse rapidement.

Je me suis rendue compte,  bien que j’ai été une enfant très aimée, que tout ce que je faisais n’était jamais assez bien. Bien sur, mes parents étaient contents, mais jamais pleinement. Je pouvais toujours faire mieux. A l’école par exemple, je n’ai jamais été une grosse bosseuse, mais j’avais des facilités. Je comprenais ce qu’on attendait de moi, ce qui m’aidait à y répondre de façon à avoir de bonnes notes. Mais pas suffisamment. Chaque année, on me demandait de faire mieux. Toujours mieux. J’ai raté la mention au bac, de peu, alors que je n’avais quasiment pas révisé. Évidemment, j’aurais pu faire mieux. Je n’ai pas spécialement écouté, j’ai fait un peu selon mes envies (ou pas justement), mais je n’avais pas conscience que cela jouait sur la confiance en soi.

Loin de moi l’envie de blâmer mes parents aujourd’hui, cela ne servirait à rien et ne me ferait pas avancer. Mes parents ont fait ce qu’ils ont pu, avec leurs qualités et leurs défauts. Ils ont fait ce qu’ils jugeaient bon pour m’aider à grandir.

Aujourd’hui, je travaille beaucoup pour être heureuse. Et faire ce qui me rend heureuse. Je dois dire que je m’en approche, parce que je fais mes propres choix. Mes choix en accord avec moi-même, sans que ce soit pour faire plaisir aux uns ou aux autres, ou pire, en me mentant à moi-même.

Aujourd’hui, je me rends compte des remarques cassantes que je reçois toujours de la part de mes parents. Oui, à 34 ans, j’entends encore parfois que c’est bien, mais que ça pourrait être mieux. J’entends que mes choix ne sont pas les bons. Mes choix éducatifs ou bien professionnels…

Aujourd’hui, à 34 ans, et il est grand temps, j’ai décidé d’arrêter de trouver cela important. J’ai décidé d’arrêter de courir après la fierté dans les yeux de mes parents. Ma vie est pour moi, pour la famille que je me suis créée, pas pour eux.

C’est comme si, en remerciement de l’éducation reçue et des années de temps et de dépenses pour nous, nous avions des comptes à leur rendre. Comme si nos années d’enfances n’étaient pas gratuites. Comme s’ils ne nous avaient pas aidés à grandir, mais élevés pour qu’on leur rende la mise en fierté. Alors quoi? Cela veut donc dire que nous ne sommes pas libres de nos propres choix, mais que nous devons faire ce qu’il leur plaira, à eux? Et si mon choix de métier ne m’appartenait pas réellement?

Si ma prise de conscience est tardive, je vais tout faire pour éviter cette situation à mes enfants. Quoi qu’ils fassent, quoi qu’ils choisissent, je serai fière d’eux. Fière de voir qu’ils auront fait leurs propres choix, des choix qui les rendent heureux, car je leur aurais donné une éducation dans ce sens.

Et vous, bien au fond, enfoui, vous sentez-vous libre des jugements de votre famille? Avez-vous une famille ouverte et compréhensive ?

comprendre l'enfant

littérature de jeunesse

Connaître et identifier ses émotions avec un livre!

J’inaugure une nouvelle catégorie que je souhaite faire depuis longtemps : les livres pour enfants.  Mes filles en ont énormément, ici, les livres, c’est sacré.

Dadou est d’ailleurs hyper passionnée, il faut sans arrêt lui lire des histoires!

J’avoue qu’il y a de tout dans les livres pour enfants, avec parfois des choses plus ou moins intéressantes. Mais il y a également des livres vraiment magnifiques!

C’est le cas du livre que je vais vous présenter aujourd’hui, Au fil des émotions.

Ce livre recueille de nombreuses émotions et les explique de façon très claire. Il permet de mettre des mots sur ce que nous ressentons, de façon assez précise. des exemples de la vie courante sont donnés pour une meilleure compréhension par les enfants. Chaque émotion est liée à la suivante, soit parce qu’elle lui est complémentaire, soit parce qu’elle est opposée.

Les illustrations sont  pleine de poésie et d’une grande beauté.

 

Il y a 42 émotions en tout et je trouve cela extrêmement riche pour un enfant de pouvoir les connaître et les différencier. Je suis sure que certains adultes ne savent pas mettre des mots sur toutes les émotions qui les traversent! Alors si nos enfants sont capables de pouvoir parler de ce qu’ils ressentent,  de faire la différence entre l’irritation, la tension et la colère ou encore de sentir lorsqu’ils sont frustrés, c’est une belle réussite!

Un livre à lire en accompagnant son enfant dans la lecture, ou à laisser découvrir seul (mais pour les plus grands, je trouve qu’il convient parfaitement vers 8 ans)

La lecture peut se faire pages après pages pour découvrir toutes les émotions différentes, mais aussi ponctuellement sur une émotion précise.

Un vrai bijou et une aide précieuse pour travailler les émotions avec son enfant!