éducation bienveillante, Et pour les parents alors?, la bienveillance....pour soi-même

Pourquoi votre bien-être passe avant celui de votre famille et comment y parvenir.

Il y a quelques temps, je vous ai partagé ce panneau :

paix intérieure

En effet, comment arriver à rester calme et serein lorsque vous vivez une tempête émotionnelle? C’est quasiment impossible. Alors, évidemment, on comprend mieux pourquoi tant de personnes se retrouvent en burn out avec cette impression qu’on leur en demande toujours plus, qu’on exige d’elles qu’elles soient parfaites. Mais vous savez-quoi? Bonne nouvelle! Ça n’est pas du tout le cas!

Il est vrai que lorsque l’on se renseigne sur l’éducation positive, on apprend énormément sur l’enfant, son cerveau et la façon dont il fonctionne. C’est une grande aide pour nous, adultes, pour arriver à les comprendre et à ajuster notre façon d’être avec eux. Mais ce qui manque, c’est de parler de notre bien être à nous! En effet, vous aurez beau tout savoir sur la façon dont votre enfant fonctionne, si vous avez passé une mauvaise journée ou que vous avez très mal dormi, il sera difficile de faire face calmement lors de situations désagréables!

Du coup, on lit de plus en plus de coups « de gueule » de mamans en colère. « On fait comme on peut, disent-elles, cessez de nous mettre la pression  et de nous infliger des visions de mères parfaites en nous jugeant! » Or, l’éducation positive (ou la psychologie positive) ne demande pas la perfection, car elle n’existe pas. Elle ne juge pas, non plus. Tout ce qu’elle enseigne, c’est d’être heureux et apaisé ensemble sans que personne ne soit lésé. Ainsi, tout est une question d’équilibre. Si vous élevez vos enfants en oubliant de prendre en compte leurs besoins, ils ne grandiront pas dans l’épanouissement, mais si, à l’inverse, vous en oubliez vos propres besoins, l’équilibre sera également remis en cause et la conséquence peut être un burn out.

On fait comment alors?

On prend soin de soi! Je pense que c’est vraiment la clé pour pouvoir être bien avec les autres. Vous allez me dire que ce n’est pas facile de prendre soin de soi quand on a un emploi du temps chargé, quand on a des enfants dont il faut s’occuper et une maison à tenir. Et je ne peux qu’être d’accord avec vous. C’est pourquoi je vais vous proposer deux solutions pour essayer de vous sentir mieux au quotidien.

La première solution, c’est de vous faire passer avant les autres. Si à un moment donné, vous êtes au bout du rouleau et que vous ne vous sentez pas en capacité de faire quelque chose (le repas du soir, les devoirs des enfants, etc), vous pouvez le dire et déléguer. Il n’y a pas de raison que les personnes autour de vous ne le comprennent pas. Vous avez le droit de parler de vos besoins et qu’ils soient entendus. Il est tout à fait possible de dire à vos enfants que vous avez besoin de 10 minutes pour vous! A partir du moment où les besoins de chacun sont entendus et respectés, tout est ok! N’oubliez surtout pas qu’il s’agit vraiment d’une question d’équilibre, et que tout ce qui est valable pour vos enfants est également valable pour vous (et même au sein de votre couple)!

La seconde solution, plus difficile de prime abord, mais qui vous sera utile tout le temps et dans toutes les situations, est de changer de regard. Je m’explique: vous savez certainement que l’on a une espèce de « capital bonheur » qui se vide plus ou moins en fonction de ce qu’il se passe dans la journée. Si vous ne voyez pas du tout de quoi je parle, je vous invite à aller lire mon article sur le sujet ici. Le problème, c’est que ce capital « bonheur » (ou bien être, peu importe comment vous l’appelez) est dépendant de ce qu’il se passe autour de vous. Il se vide lorsque quelqu’un vous fait une remarque désagréable, lorsque votre enfant fait une « bêtise » ou pour toute autre situation qui vous énerve. Ce qui veut dire que votre bien être et donc votre capacité à rester calme et bienveillant avec vos enfants, dépend des autres. Ce n’est pas très pratique, n’est ce pas?

La solution ne serait -elle pas de se dégager de cette dépendance et d’être vous-même la seule personne capable de décider de la manière dont votre capital bonheur se vide ou se remplit? C’est tout à fait possible, et pour cela, il suffit de changer de regard. Par exemple, si votre enfant ne s’endort pas le soir, vous allez facilement vous énerver. Vous imaginez votre réservoir finir de se vider entièrement, après une journée déjà fatigante. Vous aviez tellement besoin de cette soirée pour vous, pour vous ressourcer! Mais si vous changiez de regard sur la situation? Et si vous n’y voyiez pas que du négatif avec votre soirée perdue, mais une autre façon de passer votre soirée,en passant un temps calme avec votre enfant cette fois-ci? Ce lâcher prise vous permettra de conserver votre capital bien être et de ne pas vous énerver. Il est possible de le faire avec bon nombre de situations. C’est un vrai travail à faire pour accepter de voir les choses différemment, mais ce travail vous permettra de vivre beaucoup plus sereinement! Pour faire plus simple, il suffit de trouver le positif dans chaque situation au lieu d’y voir du négatif. C’est ce qu’on essaye de transmettre à nos enfants en leurs expliquant qu’un échec n’en est pas vraiment un, qu’il faut plutôt le voir comme une expérience enrichissante! Et si vous aussi, vous arriviez à transformer vos difficultés en expériences d’apprentissage parental? 😉

b2210e781dfa59666c8b4bc32cd39e50

Mes astuces de parent

Prendre soin de toute la famille en étant un éco-parent, c’est possible?#4

Dans ma quête de produits sains et bios, je commence à connaître les marques qui me plaisent et que je rachète régulièrement. De plus en plus de marques se mettent au bio, et je trouve ça vraiment chouette. Nous avons plus de choix, de possibilités, et si 100 % des parents pouvaient arriver à acheter des produits sains pour leur famille, ça serait vraiment génial. Bien sur, on est jamais parfait (parce que la perfection n’existe pas) et on ne peut pas avoir 100 % de produits bios, sains, locaux et écologiques pour la planète chez soi. Je pense que tout le monde s’en doute. Cela dit, commencer par une gamme de produits, c’est déjà bien. Alors pourquoi ne pas commencer par les produits que l’on utilise quotidiennement pour nous laver?

J’ai découvert lors du salon E-fluent la jolie gamme de produits Charlotte Babybio et Charlotte Family. Comme je suis toujours ravie de pouvoir découvrir de nouvelles marques bio, j’ai été ravie lorsqu’ils m’ont demandé si je souhaitais découvrir leur gamme.

J’ai reçu trois produits, un liniment de la gamme Charlotte Babybio et un gel douche et un shampoing pour toute la famille de la gamme Charlotte family.

768X720-CBB-GLINIMENT-600x600

Le liniment, c’est ce que je préfère pour nettoyer ma fille. Je ne sais pour quelle raison mon aînée n’a jamais toléré ça, mais pour ma deuxième, je n’utilise que ça! J’ai testé plusieurs marques différentes, et je dois dire que j’aime beaucoup la texture de celui-ci, car je trouve que certains sont trop liquides, ce qui n’est pas du tout son cas.

Evidemment, la composition est on ne peut plus clean : 0% Alcool, paraben, phenoxyethanol, triclosan, formaldehyde, phthalates, muscs nitrés et polycycliques, huiles essentielles, allergènes ou colorants et bien sur, aucun perturbateur endocrinien. Le top pour des fesses bien au propre!

J’aime également le fait que ce soit un pot de 500 ml, cela évite d’en racheter trop souvent. Enfin, je dois avouer que j’adore leur packaging avec les dessins tout doux. C’est bête, mais je trouve qu’un produit qui soigne également l’extérieur autant que l’intérieur, je trouve ça plutôt sympa.

 

768X720-FAMILY-SHAMPOO-DOUX-600x600

J’ai ensuite reçu ce shampoing à la fleur de lavandin. Le lavandin est une huile essentielle non nocive pour les enfants.  Moi qui cherchais un shampoing bio depuis un moment sans trouver mon bonheur, je dois dire que j’aime beaucoup celui ci. J’aime le fait qu’il soit pour la famille, car ici, on est plutôt un produit par personne, ce qui n’est pas terrible niveau Zéro déchet! Nous avons chacun notre dentifrice (en fonction de l’âge, ce n’est pas le même) et chacun notre shampoing. Du coup, je trouve ça vraiment top de pouvoir en avoir un pour tous. (Ils précisent tout de même que celui ci convient à partir de trois ans.) J’apprécie la texture, il mousse bien (je déteste quand un shampoing ne mousse pas, j’ai juste l’impression que ça ne lave pas) et il sent bon. Inutile de vous dire que sa composition est évidemment clean! (certifié bio par Ecocert)Co Si je devais lui trouver un bémol, ça serait la contenance, car pour un shampoing familial, j’apprécierais que ce soit une plus grosse bouteille!

 

768X720-FAMILY-DOUCHE-MARINE-600x600

Enfin, j’ai reçu ce gel douche, sur le même principe que le shampoing, c’est à dire familial. Composition toujours au top, il contient de l’aloé vera et est également certifié Bio par Ecocert.

Personnellement, je ne suis pas très gel douche car je préfère les savons, ça doit être mon côté old school. Mais je conçois le côté pratique du gel douche, et peut être plus hygiénique que le vieux savon qui traîne!

Comme pour le shampoing, j’aime le fait que ce soit familial, avec cette fois le format qui va avec! (500 ml)

Nous avons l’odeur Marine, qui sent bon (pas trop prononcé), mais ils proposent également des gels douche pomme-vanille ou mandarine (le prochain que j’achèterai je pense).

Une très jolie découverte pour cette marque Charlotte family et vraiment une super idée de faire des produits pour toute la famille!

Je vous laisse leur site internet pour aller faire un tour : http://www.charlottebabyfamily.com/

éducation bienveillante, Un conseil?

Pourquoi il vaudrait mieux arrêter de complimenter nos enfants.

les compliments

Lorsque j’ai posté ce panneau sur Facebook, beaucoup d’entre vous ont été surpris. Pourquoi ne devrait-on pas complimenter son enfant? On parle d’éducation positive, et un compliment, c’est positif, non?

En fait, quand on regarde le compliment d’un peu plus près, même s’il parait positif, il n’a pas du tout la même conséquence qu’un encouragement. C’est là toute la subtilité de la chose, c’est là ou beaucoup de personnes confondent… C’est un peu comme le fait de penser que l’éducation positive c’est tout laisser passer à son enfant. Il faut se pencher dessus un petit peu plus pour voir ce qu’il se cache derrière.

Tout d’abord, sachez qu’un compliment et un encouragement est perçu dans les deux cas très positivement par la personne qui le reçoit.

Ne culpabilisez surtout pas d’avoir complimenté vos enfants! Tout le monde l’a fait, et les choses sont souvent tellement ancrées en nous qu’il est très difficile de se corriger  tout de suite. Simplement, en lisant cet article, apprenez à voir ce qui peut se cacher derrière le compliment que vous faites et essayez, petit à petit, de transformer tous vos compliments en encouragements!

Mais alors, qu’a-t-il de négatif, le compliment ?

« Maman, maman! Regarde  mon dessin? Tu le trouves beau? »

Comment réagiriez-vous à cette question? J’imagine que vous l’avez déjà vécue et que dans 98% des cas vous avez répondu : « il est magnifique mon chéri, bravo! ».  Oui, moi aussi. Et vous pourriez même rajouter « je te trouve très doué mon chéri, je suis fière de toi »! Bien sur, votre enfant serait ravi et repartirait tout content. Alors, pourquoi vaudrait-il mieux lui répondre autrement?

En complimentant son enfant, on émet un jugement personnel sur lui, et on l’incite à changer son comportement pour faire plaisir aux autres. Il va donc tout faire pour recevoir d’autres compliments des personnes autour de lui : membres de la famille, enseignant, etc. Il agira alors en fonction de ce que les autres peuvent penser de lui et va devenir dépendant du regard des autres.

En tant que parents, on pense souvent qu’il est de notre rôle de complimenter nos enfants, de leur dire qu’on est fier d’eux, etc. Alors, bien sur, il est important que votre enfant comprenne que vous portez sur lui un regard bienveillant, un regard de fierté, mais ce qu’il doit surtout savoir, c’est que quoi qu’il fasse, quoi qu’il puisse se passer, votre amour et votre fierté seront toujours intacts.

Du coup, plutôt que de complimenter son enfant, il vaut mieux l’encourager.

L’encouragement, ça change quoi?

Encourager son enfant, c’est lui donner la possibilité de développer sa confiance en lui, c’est lui permettre de faire les choses pour lui, pour être fier de lui-même et pour ne pas être dépendant du regard des autres.

J’entends énormément de personnes autour de moi me dire que les enfants ne sont pas capables de travailler pour eux, qu’ils ne comprennent pas l’intérêt de l’école avant longtemps et qu’il est donc normal qu’ils travaillent pour faire plaisir à leurs parents ou à leurs enseignants. Je ne suis pas du tout d’accord avec cela, et je pense que nous l’induisons à nos enfants par nos compliments. Nous les rendons dépendants de notre regard, de notre jugement. En encourageant nos enfants, nous les inciterions à comprendre et agir pour eux-mêmes. Ils modifieraient ainsi leur comportement non pas pour plaire aux autres, mais pour eux-mêmes.

Alors concrètement, ça donne quoi?

Vous le savez, le jugement d’une personne n’est que son point de vue. C’est totalement subjectif. Si vous dites à votre enfant qu’il est doué pour le dessin, et qu’un jour, dans sa vie, il se retrouve face à un enseignant ou une autre personne qui lui dit que son dessin est moche et qu’il n’a aucun talent, comment réagira-t-il? Il risquera alors, à ce moment là, de perdre totalement confiance en lui. Or, si à l’inverse, vous l’avez encouragé, il saura ce qu’il vaut et ne se laissera pas déstabilisé par le jugement d’une personne. Il aura appris à faire pour lui et à évaluer son travail en fonction de lui.

Concrètement, ce n’est pas vraiment difficile à mettre en place. Reprenons notre exemple du début :

« Maman, maman, regarde mon dessin! Tu le trouves beau? »

Vous pourriez répondre  » Oh! Je vois que tu t’es bien appliqué! Tu en penses quoi, toi? Tu dois être fier de toi! »

A là place du « je », vous l’incitez à réfléchir sur son travail, à ce qu’il soit fier de lui. Vous allez ainsi travailler sa confiance en lui, et c’est un magnifique cadeau que vous pouvez lui faire.

N’oubliez pas de dire souvent à vos enfants que vous les aimez et que vous êtes fiers d’eux quoi qu’ils fassent, et pas à des moments précis parce qu’ils ont réussi quelque chose, mais n’importe quand.

J’espère que cet article vous aura permis d’y voir un peu plus clair pour différencier le compliment de l’encouragement. Et surtout, ne soyez pas trop dur envers vous même! Au même titre que nos enfants apprennent, nous apprenons constamment à devenir de bons parents 😉

Prenez soin de vous, c’est essentiel.

Valentine.

la bienveillance....pour soi-même

Prendre soin de toute la famille en étant un éco-parent, c’est possible? #3

Comme vous le savez peut être, je continue ma quête des produits sains pour toute la famille. J’ai déjà trouvé LE déodorant génialissime et c’était pas forcément une mince affaire (je vous en parle ici), et j’ai commencé à parler des produits que je trouve chouette ici . Je suis une fan des savons pour la douche, et pas trop des gels douche. Je cherche encore LE shampoing et quelques produits qui me manquent encore. Mais je suis sur la bonne voie. Et pour continuer sur ce chemin, j’ai testé la gamme PranaBB de la marque Pranarom, des produits naturels et Bio pour soigner mes enfants.

S’il me semble important que les produits du quotidien soient sains, j’ai les mêmes exigences pour la parapharmacie. Evidemment, nous faisons attention à ce que nous mangeons, mais il nous arrive encore d’être surpris (devrais-je dire trompés?) par certaines compositions de ce que nous avons à la maison. Et puis parfois, il est vrai aussi que nous lâchons prises sur certaines choses. Tout ne peut pas être éternellement sous contrôle. Alors, quand on peut choisir de bons produits pour soigner nos enfants (et nou par la même occasion), on fonce!

C’est donc avec cette optique que j’ai découvert les produits Pranarom. J’ai choisi un gel bleus-bosses, un baume respiratoire et un diffuseur sommeil dans la gamme bébé, un roller tête lourde et des capsules digestion et transit dans la gamme des plus grands.

Le gel bleus-bosses :

FR-PranaBB-bleubosses

J’ai eu l’occasion de le mettre à ma dernière car elle s’était cognée, et il a été hyper efficace! Il contient des huiles essentielles d’Immortelle (avec ça, on n’a plus peur des bosses!), de Cyprès, de Katrafay et de Lentique ainsi que des huiles végétales d’Arnica et de Calophylle. Ce qui est sympa, c’est son petit format qui peut s’emporter partout. Utilisable à partir de 9 mois.

Le baume respiratoire :

FR-PranaBB-BaumeRespiratoire

Je n’ai pas encore eu l’occasion de le tester mais j’en avais déjà eu un d’une gamme plus ancienne et je l’aimais beaucoup. J’ai eu toute mon enfance du Vicks quand j’avais le nez bouché, et quand mon ainée était petite, j’ai cherché une alternative puisque le Vicks n’était pas recommandé pour les petits. C’est à cette époque que j’avais découvert ce baume. Vu ce qu’on a découvert sur la dangerosité du Vicks, je ne risque plus d’en mettre à mes enfants! Ce baume est donc super quand nos enfants sont enrhumés, et il est utilisable dès 3 mois!

Diffusion sommeil :

FR-PranaBB-DiffusionSommeil

Comment vous dire…. Vu que notre fille a mis 21 mois avant de faire des nuits complètes, il me semble indispensable d’avoir ceci chez moi! Mais comme je suis parfois un boulet, je n’ai pas encore pu l’utiliser car je n’ai pas de diffuseur. Je compte bien m’en procurer un pour tester lorsque les filles ont du mal à trouver le sommeil! Il contient  entre autres des huiles essentielles d’orange douce, de lavandin, de mandarinier et de camomille.

Le roller tête-lourde :

FR-cepharom-roller-tete-lourde-bio-eco-Pranarom

Nous sortons de la gamme bébé avec ce roller pour les plus de 7 ans. Personnellement, j’ai rarement mal à la tête mais par contre pour ma grande c’est malheureusement assez fréquent. C’est donc pour elle que j’ai choisi ce produit. Après plusieurs essais, elle en est contente et me dit que ça la soulage! A base de noyau d’abricot, de menthe poivrée, de pin maritime et d’autres huiles encore, ce roller à un petit format qui lui permet de se glisser partout! C’est pour moi un vrai plus de pouvoir proposer ce produit à ma fille plutôt que de n’avoir comme solution que des dolipranes…

 

Les capsules digestion et transit intestinal :

FR-Oleocaps-3-digestion-et-transit-intestinal-pranarom

Bon là, je vous l’avoue, c’était plutôt pour moi! Je n’ai toujours pas trouvé quel aliment ou catégorie d’aliments ne me convenait pas, mais je suis toujours pleine d’air, ballonnée….Pas très glamour, mais surtout, tellement inconfortable! Je me suis dit que ça devrait sûrement m’aider, alors j’ai fait une cure pendant 10 jours. Je pense que ça m’a aidée, mais j’ai eu un léger soucis de digestion de la menthe poivrée, ce qui n’était pas très agréable! Par contre, je trouve cela vraiment bien en cas de gros repas type fêtes de fin d’année. J’étais jusque là plutôt une adepte du citrate de betaïne mais je me dis que ces capsules sont plus naturelles et c’est certainement mieux! Je pense regarder de nouveau dans leur gamme pour voir ce qui pourrait me convenir le mieux.

 

Je suis très satisfaite de leurs produits et je vais regarder plus en détails encore sur leur site pour voir si d’autres choses pourraient nous convenir. En tout cas je suis contente d’avoir pu trouver des alternatives naturelles pour soigner les petits bobos du quotidien. Et vous, quelles sont vos solutions? Vous utilisez quoi?

Je vous mets le lien du site si vous souhaitez aller voir leur (grand) choix de produits : https://www.pranarom.com/

Mes astuces de parent

astuce n°9 : aider ses enfants à acquérir de l’autonomie grâce à un jeu : « happy week ».

Pas la peine de se le cacher, si vous avez un enfant de plus de 5 ans, je suis sure que vous aussi vous en avez un peu assez de répéter 50 fois les mêmes choses. « Tu t’es lavé les dents? ton cartable est prêt pour demain? As tu pris ta douche? » Bien sûr, les questions varient en fonction de l’âge de vos enfants, mais cette idée d’avoir à être constamment derrière eux pour leur redire ce qu’ils doivent faire, c’est agaçant, non? D’ailleurs, c’est aussi pénible pour eux que pour nous. A force, ils ont l’impression d’étouffer sous nos demandes, mais le problème, c’est que si on ne leur dit pas, ce n’est pas fait.

Comment peut on alors accompagner nos enfants pour développer leur autonomie sans avoir à leur répéter les choses?

26971797_273246149875581_1588660522_o
le plateau et des cartes actions.

Il y a un peu plus d’un mois, j’ai découvert le jeu Happy Week et le concept m’a plus instantanément. Un jeu du quotidien, pour aider les enfants à être plus autonome, c’était pile ce qu’il me fallait pour ma grande de tout juste 9 ans qui a un peu du mal à gérer les choses seule. L’autonomie, c’est clairement ce qui lui fait défaut, et je me sentais un peu démunie pour l’accompagner correctement et la faire progresser dans ce domaine.

Alors, quel est le concept de ce jeu?

C’est tout simple en fait. Le jeu comporte un plateau, des pions et des cartes. Le plateau du jeu doit être sorti en permanence, il faut donc lui trouver un endroit stratégique! Chez nous, il est sur le dessus de la commode de ma fille, dans sa chambre.

Il est possible de faire jouer plusieurs enfants sur le même plateau, un bon point pour les familles qui souhaiteraient aider leurs enfants sans avoir à se dire qu’il faut acheter plusieurs jeux! Au contraire, plus les enfants avancent dans leurs tâches, plus cela fait avancer le pion de la famille. Allez, je m’explique.

L’objectif du jeu est donc que l’enfant gère ses tâches quotidiennes tout seul. Pour cela, le jeu propose  des  cartes de choses à faire comme par exemple « j’ai débarrassé la table », « je me suis brossé les dents », etc. En tout, nous avons le choix entre 32 cartes « actions » mais il y a aussi des cartes vierges qui permettent de rajouter les actions que vous souhaitez et qui ne seraient pas présentes. Bien évidemment, le but n’est pas de faire crouler vos enfants sous les tâches, donc il faudra choisir 5 cartes à placer sur des petits socles (fournis). A chaque fois que votre enfant effectue une action, il avance son pion d’un pas sur le plateau, mais il avance également le pion famille d’un point. Pourquoi? Parce que l’objectif principal est de gagner un bon moment à partager en famille. Lorsque le pion de la famille est arrivé, c’est qu’il est temps de partager ensemble ce moment! Plusieurs cartes « bons moments  » sont fournies avec le jeu, mais il est bien évidemment possible de choisir autre chose si vous le souhaitez!

27017909_273246176542245_348821338_o
quelques exemples de cartes actions. On en parle de la carte « j’ai offert 30 min de tranquillité » ? 😉
26994572_273246199875576_1581111155_n
derrière chaque carte action, une explication!

 

Lors de son parcours de son côté du plateau, l’enfant va également pouvoir tomber sur des cases spéciales, des cases « bonus » qui lui permettront d’avancer plus rapidement son pion ou bien celui de la famille, mais aussi des cases « étoiles » où il devrait piocher des cartes » bons moments ». Ce sont des petits moments (15 ou 30 minutes en fonction de là où il tombe) pour lui, mais qui peuvent aussi être des moments passés en famille (cette semaine, ma fille a pioché « faire un gâteau »).

27018074_273246159875580_1124698770_o
quelques exemples de cartes bon moment.

Personnellement, je n’attends pas que le pion de la famille soit arrivé pour changer les actions, pour l’instant je lui change une ou deux actions chaque semaine. Mais vous pouvez également laisser les 5 mêmes cartes jusqu’à l’obtention du bon moment en famille.

Alors, pourquoi c’est top?

C’est top parce que c’est un jeu coopératif, il n’y a pas de perdant. C’est top parce qu’en plus d’aider et de motiver les enfants dans leur autonomie, c’est toute la famille qui en profite en passant de bons moments. Certes, nous n’attendons pas d’avoir un jeu comme celui là pour passer de bons moments ensemble, mais le fait que ce soit matérialisé et dans le cadre du jeu change un peu les choses. Par exemple,  le bon moment en famille que nous avons décidé de choisir, ensemble, avant de mettre en place les actions, est d’aller à la piscine ensemble. C’est quelque chose que nous faisons bien trop rarement en dehors de la saison d’été, et que les filles adorent pourtant. Le fait que cette carte soit présente dans le jeu nous a motivé à la prendre, et motive ma fille pour faire ses actions au quotidien.

26942164_273246119875584_544548516_o
des exemples de cartes bon moment en famille.

J’aime aussi le fait que l’enfant visualise tout le temps ce qu’il a à faire. C’est plus concret car c’est matérialisé par des cartes. Il n’est pas nécessaire de lui rappeler sans arrêt, il le sait car il le voit. Les dessins aident les plus petits qui ne savent pas encore lire, ce qui permet de les laisser vraiment gérer tout seuls.

Et si malgré tout mon enfant n’effectue pas ses actions?

Plutôt que d’avoir a lui redire sans arrêt ce qu’il doit faire, il est plus facile de dire  » Tu me fais voir comme tu as bien avancé sur ton plateau? » ou encore « tu as réussi à faire toutes les actions aujourd’hui? » et ainsi se baser sur le jeu et non plus sur des remarques ou des reproches qui seront certainement plus négatives. Et puis, il reste que certaines actions sont nécessairement contrôlées, comme par exemple les devoirs de ma fille. Elle avait du mal à faire certaines choses seules, et le fait de lui avoir mis en action dans le jeu l’a motivée à se prendre un peu plus en charge. Mais cela ne veut pas dire que je ne regarde plus ce qu’elle fait et que je ne l’aide plus à travailler!

Parfois, il arrive qu’elle n’effectue pas une action. Par exemple, la semaine dernière, elle avait comme carte « débarrasser la table » et elle ne l’a pas fait tous les jours. Ce n’est pas grave! Elle gère son avancement sur le plateau comme elle l’entend, et n’a pas triché : pas d’action, pas d’avancement. Je ne lui ai pas répété à chaque fois qu’elle ne l’avait pas fait, car elle a en tête les actions qu’elle doit faire. Si je ne peux pas être aussi souple sur toutes les actions (douches, devoirs, etc), il me semble tout de même important que pour certaines tâches, l’enfant puisse avoir le choix de l’effectuer ou non. Cela fait partie de l’apprentissage!

Un point négatif ?

J’ai été plus que ravie de ce jeu, mais je vous avoue tout, j’ai quand même trouvé un point négatif. En écoutant Marshall Rosenberg, qui parle d’éduquer sans punition ni récompense, j’avais bien en tête que les récompenses n’étaient pas la meilleure solution. En effet, cela fait penser à l’enfant qu’il fait quelque chose pour obtenir une récompense, et non pas parce que cela est bien pour lui ou que ça lui est nécessaire. On lui apprend donc qu’il ‘y a pas d’action gratuite mais que tout mérite une récompense. Cela me chagrine un peu, mais à la fois les récompenses proposées ne sont pas matérielles mais des bons moments qui profitent à tous, et pour moi cela est assez différent.

Alors, ça fonctionne vraiment?

Oui, oui, oui et mille fois oui! Je remercie vraiment la personne qui a inventé ce jeu, car c’est vraiment une aide précieuse pour toute la famille. Ma fille est beaucoup plus motivée pour gérer son quotidien seule, et est ravie d’avoir des temps bonus. Ces temps auraient peut être eu lieux sans le jeu, mais la différence est qu’ils ont lieu grâce à ses actions, et cela renforce sa fierté et sa confiance en elle.

26941844_273246186542244_1227756795_o

 

Pour le trouver, ça se situe ici : www.happyweek.fr et avec le code Promo PARENTSEPANOUIS vous aurez une réduction de 6 €!

la bienveillance....pour soi-même, Pour adultes

Des livres qui nous permettent d’accéder au bonheur #1 kilomètre zéro

Le développement personnel est en vogue, et c’est plutôt une très bonne chose. En effet, j’ai vraiment l’impression que le bonheur personnel n’est jamais une priorité. Or, ça devrait l’être. Une personne heureuse n’est elle pas meilleure pour son entourage?

On parle d’éducation positive, mais comment est ce possible d’avoir une telle démarche si l’on est pas déjà soi-même bien dans ses baskets? Comment penser développer le bonheur des autres et être positif si ce n’est pas déjà acquis pour nous? Même au travail, quelqu’un d’épanoui est forcément plus efficace!

Il me semble donc vraiment essentiel que chacun puisse travailler sur son développement personnel. Et aujourd’hui, il est déjà possible de le travailler sans passer par des formations spécifiques, mais juste en lisant des romans! Bien sur, cela ne changera pas radicalement votre vie, mais vous aidera à y voir quelques pistes de réflexion.

J’aime beaucoup ce genre de livres. Ils se lisent comme des romans, en suivant l’histoire des protagonistes, mais nous apportent beaucoup d’informations pour nous aider à travailler sur nous même. Et il est tout à fait possible de ne retenir que ce qui nous intéresse!

C’est le cas de Kilomètre zéro,le chemin du bonheur, un premier roman signé Maud Ankaoua, aux éditions Eyrolles.

Kilometre-zero

Maëlle est une véritable acharnée du travail. La trentaine passée, elle est à la tête d’une équipe dans une start-up en plein essor. Célibataire, ne trouvant pas de temps pour elle et vivant au rythme infernal de son job, elle ne se pose pas de question pour savoir si cette vie la rend heureuse ou non. Elle la vit, un point c’est tout. Jusqu’au jour où sa meilleure amie, Romane, lui apprend qu’elle est atteinte d’un cancer et qu’elle aurait besoin d’un manuscrit contenant un savoir qui pourrait la guérir. Sauf que ce manuscrit se situe au Tibet, au somment de l’Anapurna.

Maëlle n’est pas du tout prête à quitter son travail, ne serait ce que trois jours, tant elle a de réunions et de choses à gérer. Mais l’amitié qu’elle porte à Romane l’emporte sur les responsabilités de son travail. Elle décide alors de faire un aller-retour express. Mais évidemment les choses ne se passeront pas tout à fait comme prévu, et ce voyage se transformera finalement en véritable parcours initiatique qui changera complètement le cours de sa vie, ainsi que la nôtre!

Mais surtout, que va-t-elle trouver dans ce fameux manuscrit qui doit guérir son amie du cancer? Va-t-elle être à la hauteur des attentes de son amie?

A travers le voyage de Maëlle et de ses découvertes spirituelles sur le bonheur, nous apprenons autant qu’elle et nous en sortons littéralement grandis.

Parmi toutes les choses que j’ai apprises dans ce livre, il est en une que je retiens plus particulièrement : la manière dont on réagit avec les autres et ce qu’ils reflètent en nous. Pourquoi un individu nous procure-t-il de l’antipathie? Pourquoi est-on attiré par certaines personnes? Pourquoi d’autres nous agacent profondément? La réponse à toutes ces questions, qui est dans ce livre, permet de changer le regard que l’on porte à l’autre et la manière dont on va pouvoir interagir avec lui. Nos relations s’en trouveront changées!

Bien sur, ce n’est pas la seule chose que vous découvrirez dans ce livre, et c’est la raison pour laquelle je vous invite à foncer vous le procurer!

 

Vous pouvez le trouver en cliquant sur le titre : kilomètre zéro

 

Mes astuces de parent

astuce n°8 : privilégier des jouets d’imitation (le panier pique-nique mystère de Wesco Family).

Alors que Noël vient tout juste de passer, quel constat pouvez-vous faire sur les cadeaux que vos enfants ont reçus? En profitent-ils? Vous êtes-vous dit que cette fois-ci encore, ils en avaient trop reçus ?

Il n’est pas toujours évident de choisir les « bons » cadeaux pour nos enfants, d’une part parce que le choix est vraiment très (trop) important, et d’autre part parce que tout n’est pas toujours sous notre contrôle (comme par exemple un membre de la famille qui offre quelque chose que vous n’approuvez pas).

Dans la majorité des cas, choisir un jouet d’imitation ne pourra pas être une mauvaise idée. D’ailleurs, le mieux est encore que l’enfant puisse faire avec vous, ou en tout cas avec des vrais objets de la maison. Mais comme ce n’est pas toujours possible, alors il vaut mieux faire le choix de la qualité.

Pour moi, un jouet de qualité est d’abord un jouet dont j’ai la quasi certitude qu’il sera apprécié, mais aussi dont l’intérêt durera dans le temps, et qui sera assez solide pour cela. Bien évidemment, pas la peine de faire une fiche produit avant tout achat pour vos enfants!

Aujourd’hui, je souhaite vous parler d’un jouet qui rempli tous les critères énumérés plus haut : le panier pique-nique  mystère de Wesco Family. Ce kit contient un panier pique-nique et 14 accessoires : une canette, une banane, un chou, une carotte, un champignon, un saucisson, une cuisse de poulet, une saucisse, une part de pizza, un oeuf, un poisson et un croissant.

26695925_269654813568048_310809840_o

Pourquoi c’est top?

D’abord parce-que tout est en tissu, donc absolument sans danger et ce, dès la naissance! Autre qualité, et pas des moindres, tout peut être lavable à 30°. Le tissu utilisé est garanti sans colorant azoïque, ce qui veut dire que les risques d’allergies sont largement diminués.

L’intérêt de ce panier est multiple. D’abord, il permet à l’enfant de jouer librement à la dînette, de travailler la manipulation et le toucher, mais également d’augmenter son  vocabulaire.  Mais le gros plus, c’est que l’ouverture du panier est cachée et permet donc de jouer à deviner ce qui se cache dans le panier en utilisant seulement le sens du toucher.

26696252_269654796901383_841232368_n

Personnellement, je ne vois aucun reproche à faire à ce produit : le design est vraiment joli, les couleurs sont variés, les coutures sont de grandes qualités et être sûr qu’aucun élément ne peut se détacher est vraiment une garantie supplémentaire pour les parents!

Pourquoi choisir Wesco Family?

Wesco, c’est LE partenaire des professionnels de la petite enfance : crèches, écoles maternelles, assistantes maternelles… Même si le nom ne vous dit rien, vous avez déjà certainement vu leur matériel quelque part : des petits lits au matériel de motricité ou d’extérieur.

Après 36 ans au services des professionnels, c’est en 2011 que Wesco Family voit le jour et qu’il est donc désormais possible, en tant que particulier, d’acheter leurs produits.

Plus de 40 ans au top, voilà de quoi être certains de choisir la qualité!

Je vous laisse aller voir leur site et toutes les merveilles qu’ils proposent (et vous mets au défi de ne pas craquer!)

http://www.wesco-family.fr/

littérature de jeunesse

5 livres jeunesse pour parler des émotions avec nos enfants.

La gestion des émotions, ce n’est pas facile, même pour les adultes. Il faut tout d’abord pouvoir les identifier puis apprendre à les maîtriser. Bon nombre d’adultes n’y arrivent pas, tout simplement parce que ce n’est pas inné. Certains y sont plus sensibles que d’autres. Alors, il faut une phase d’apprentissage, et autant commencer très tôt ! Voici donc une sélection de cinq livres qui vous aideront à parler des émotions avec vos enfants.

1-La couleur des émotions aux éditions quatre fleuves.

La-couleur-des-emotions

Ce livre, qui est peut être le plus connu de ceux que je vais vous présenter, est une véritable merveille de beauté (oui, rien que ça). Avec ses illustrations naïves à base de monstres mignons et c’est fabuleux pop-up, il nous laisse découvrir les cinq émotions les plus importantes : la tristesse, la colère, la joie, la peur et la sérénité (une ultime émotion est à découvrir en dernière page mais elle n’est pas nommée). L’histoire est simple : le monstre des couleurs est tout désorienté, tout est embrouillé en lui et il ne sait pas pourquoi. Heureusement, son amie la petite fille est là pour l’aider. Elle va lui permettre de distinguer tout ce qu’il ressent en lui faisant ranger ses émotions ! Pour ce faire, elle va lui décrire les différentes émotions en lui racontant comment les reconnaître et quelles conséquences elles ont sur nous.

Ce livre est un incontournable sur le sujet !

2-Le loup qui apprivoisait ses émotions des éditions Auzou.

Le-Loup-qui-apprivoisait-ses-emotions

Vous connaissez forcément les livres du loup car il commence à y avoir une belle collection ! Mais connaissez-vous celui sur les émotions ? Loup a une gros soucis, il est vraiment trop émotif et change d’humeur beaucoup trop souvent. Ses amis vont donc tenter de l’aider pour réguler ses émotions : ils lui apprennent le yoga, lui font faire du sport pour le défouler et vaincre ses peurs, lui apprennent la patience en cuisinant et la réparation pour s’excuser . Loup va passer par toutes les émotions et va finir par comprendre comment se maîtriser grâce à toutes les astuces de ses amis.

Astuces qui seront bien utiles également aux enfants à qui vous ferez cette lecture !

3-Le livre de mes émotions des éditions Gründ.

Le-livre-de-mes-emotions

Dans ce livre, nous suivons la semaine d’une petite fille, Simone, qui, comme tous les enfants, ressent tout un tas d’émotions différentes chaque journée. Toutes les émotions ressenties sont nommées et illustrées par une petite bête colorée et dessinée différemment suivant l’émotion. Les petites bêtes sont présentes sur les dessins, parfois bien visibles, et parfois plutôt cachées.

Pour chaque émotion ressentie, un conseil est donné pour y faire face. Par exemple, lorsque Simone est en colère , on propose le conseil suivant : «respirer profondément en maîtrisant sa respiration permet de se détendre et de soulager sa colère. »

Sept émotions sont présentes : la peur, la colère, la jalousie, la joie, la timidité, la fierté et la tristesse.

4- La colère, aux éditions Libre Label.

la colère

Ce livre est le numéro d’une collection très prometteuse (les émotions de Naoh) dont les numéros suivants devraient voir le jour bientôt. Chaque livre de cette collection est crée sur le même principe : une histoire d’abord, puis une partie explicative pour propose au parent des explications pour contrôler ses émotions grâce au yoga et à la sophrologie.

Naoh est en colère car il n’arrive pas à faire ses lacets. Son doudou va l’accompagner dans la forêt pour l’aider à se calmer. Là, ils vont faire la rencontre d’un lion, d’une grenouille, d’un papillon et d’un arbre qui vont tous lui donner des idées pour apprivoiser sa colère.

Un livre très intéressant écrit avec la participation d’une sophrologue membre de la fédération Française de psychothérapie et psychanalyse.

5- Le livre des émotions, livre sonore des éditions deux coqs d’or.

index

J’aime beaucoup les livres sonores pour les plus petits. Celui ci propose 12 sons et musiques pour illustrer les différentes émotions : des pleurs, des rires, des bisous, de la pluie, du tonnerre…

L’histoire est celle d’un petit renard qui est traversé par cinq émotions : la colère, la joie, la peur, la tristesse et l’amour.

L’enfant pourra ainsi associé les différentes émotions aux manifestations sonores qui les accompagnent. Une superbe première approche pour les plus jeunes enfants !