éducation bienveillante, Pour adultes

Pourquoi l’éducation bienveillante est-elle autant critiquée?

Comme pour tous les sujets de société, la bienveillance fait parler d’elle avec ses adeptes et des personnes qui la critiquent. Et les critiques sont plutôt virulentes.  Les mamans choisissant la bienveillance chercheraient à culpabiliser les autres en se postant comme mamans parfaites ou donneuses de leçons. Pire, la bienveillance serait en fait une espèce de secte.

Mais d’où viennent ces critiques? Cela peut  parfois faire  penser à de la jalousie, comme si nous, adultes, n’avions finalement pas dépassé le stade de l’enfance et des jalousies. Pourquoi les mamans qui ne pratiquent pas l’éducation bienveillante se sentent-elles à ce point culpabilisées?

Il est, à mon sens, important de revenir sur cette notion de culpabilité. Chaque maman fait de son mieux, ou en tout cas, essaye. C’est quand même le postulat de base. A partir du moment ou l’on souhaite le meilleur pour son enfant, il est normal de vouloir faire de son mieux. Mais  si l’on ignore quelque chose, on ne peut pas le mettre en application, inutile donc de culpabiliser!

Je me suis rendue compte que la plupart des critiques sur l’éducation bienveillante étaient en fait dues à de l’ignorance. Beaucoup de personnes pensent savoir ce que c’est sans réellement lire sur le sujet. Et cela génère énormément de fausses idées et donc des critiques. L’ignorance est une cause directe de l’intolérance. Mais comment informer des personnes réfractaires? Ces personnes pensent ne pas avoir besoin de lire ou de se renseigner. Elles savent. Et puis, pour elles, c’est logique. D’abord elles n’ont jamais été malveillantes. Et puis, elles ont bien été élevées, et le résultat est bien, alors, pourquoi changer? Voilà le genre de discours que l’on entend, et c’est fort dommage.

Et si tout ça finalement n’était qu’un conflit intergénérationnel? Le changement est toujours difficile à accepter. Comment arriver à tout remettre à zéro, à critiquer ce que l’on a vécu? Et pourtant, tout part de là. Effacer ce que l’on a vécu pour ne pas reproduire. Lire, lire et encore lire pour comprendre, pour travailler sur soi et se réparer. Et lorsque ce travail est fait, il est possible d’accompagner ses enfants pour les aider à grandir et à en faire des personnes meilleures que nous.

La bienveillance n’est pas une secte, c’est juste une façon de se respecter et de respecter ses enfants. De vivre plus paisiblement. Il faut que cette façon de voir les choses se propage le plus rapidement possible pour que l’éducation s’apaise enfin. Les enfants ne sont pas les monstres qu’on nous décrit encore aujourd’hui! Ils ne sont pas des sous hommes que nous pouvons écraser par notre autorité comme nous l’avons été nous-mêmes enfants. Il est grand temps de changer les choses!

 

Et pour ceux qui voudraient vraiment se renseigner, je vous invite à lire les ouvrages de Catherine Gueguen ou d’Isabelle Filliozat en commençant par « au coeur des émotions de l’enfant ».

Afficher l'image d'origine

1 réflexion au sujet de “Pourquoi l’éducation bienveillante est-elle autant critiquée?”

  1. S’agissant d’un concept venu des USA, il n’est pas exclu que les partisans du mondialisme, désireux d’uniformiser nos conduites et nos manières de penser et d’éduquer les enfants dans un seul et même registre, se cachent derrière cette théorie. Nous finirons tous avec le même treillis mental si l’on ne se réveille pas, et ceci, pour le plus grand profit des 1% qui manipulent les affaires du monde, en veillant chaque jour qui passe, à nous manipuler toujours un peu plus… le cerveau à l’aide d’une armée de « bienveillants éducateurs », imprégnés de théories psychologiques, à dessein évolutives et changeantes comme le vent. Méfiance ! méfiance, et encore méfiance !

Laisser un commentaire